J5_le 16 avril

le 16/04 Une journée mémorable.

Un jour de plus se lève sur la ville de Milan, il fait beau et après
avoir
pris notre indispensable café, nous prenons un bus qui nous amène à
notre
première visite: l’exposition de l’école de design de Eindhoven.

Lorsque nous arrivons, une conférence PRECISER LAQUELLE!!! parlant du
potentiel rôle du design
dans le développement de notre société, économiquement, socialement, et
écologiquement, bat son plein. Nous nous installons et profitons des
derniers échanges de parole qui les amène à conclure que le désigner a
des
responsabilités, mais qu’il peut ne pas en tenir compte, même si ce
n’est
pas éthique. PAS VRAI? CHANGER!!!!!!!

Nous entamons ensuite la visite de l’exposition, certains
projets ont particulièrement retenus notre attention. Notamment un
projet
brillant utilisant du plastique issu du recyclage de réfrigérateurs en
créant du mobilier à l’aide d’une imprimante à dépôt de matière
récupérée
de l’industrie chinoise (elles sont très vites jetées car après quelques
années la machine perd en précision). Également, le projet d’une
étudiante
qui consiste en un assortiment de récipients en porcelaine pouvant
servir
de moule afin de créer une infinité de vaisselle. Elle utilise pour ce
faire une cire naturelle à hautes performances qui permet, en plus, de
refondre à l’envie les ustensiles déjà créés.(SPECIFIER LES AUTEURS DE
CES PROJETS!)

Nous marchons ensuite un peu dans le quartier pour arriver à
l’exposition
Eco-ntamination où étaient présentés diverses produits issus de
l’agriculture biologique, du recyclage, éco-conçus, ou issus du commerce
équitable. Contrairement à ce que nous avons vu précédemment, les objets
présentés ici n’étaient pas réellement innovants mais relevaient plus de
l’ordre d’un exercice de style avec des contraintes sociales et
écologiques. Par exemple, un sac entièrement fait en emballages de
barres
chocolatées Twix pliés, une belle initiative qui n’en n’est pas pour
autant
une solution à quoi que ce soit.

L’espace que nous visitons ensuite est une boutique (NOM)où sont
présentés et
vendus diverses objets design relevant pour la plupart de la blague ou
du
gadget, des idées amusantes, intéressantes, mais pas vraiment
d’innovation
ni de concepts profonds.

L’appétit arrivant, nous nous sommes arêtes, avant de prendre le
tramway,
dans une sympathique petite boulangerie dans laquelle nous avons pu
apprécier de délicieuses et authentiques pizza italiennes (vendues à la
pesée!) Nous nous rendons ensuite dans un centre commercial où ceux qui
le
souhaitent peuvent ainsi ramener chez eux un peu de la fameuse cuisine
italienne.

Après ces aventures culinaires, nous visitons une galerie où sont
présentés les travaux des fameux Andrea Branzi et Michele Lucchi, des
oeuvres à mi-chemin entre l’art et le design. Un travail sur les
proportion, la couleur, et le rangement, une visite culturellement
enrichissante.

Nous nous rendons ensuite à la pinacothèque où sont exposées les
productions de jeunes designers belges. Les projets sont propres, la
présentation également, mais, cependant, rien n’en ressort
particulièrement.

Nous avons ensuite visité plusieurs galeries ayant un contenu
hétéroclite,
très tourné vers une recherche formelle. Certaines initiatives
scenographiques telles qu’une salle où étaient disposés des sièges, le
tout
baigné dans une épaisse fumée nous immergeant littéralement dans un
paysage
onirique (C’ESTAIT CHEZ MOROSO). On notera aussi un intéressant travail
sur les miroirs où la
question de ce qui y est vu et par qui cela est vu, et la manière dont
cette image, ou cette absence d’image, est perçue. Nous avons aussi été
agréablement surpris par le travail de jeunes designers réutilisant des
pièces de vélo pour les reconditionner en mobilier (PETITE FRITURE).

Notre journée s’est ensuite achevé une fois de plus sous l’égide de la
cuisine italienne, nous nous sommes répartis dans des restaurants où
nous
avons tous pu apprécier la finesse des mets milanais tel que les
« orecchia
d’elefante » (mythiques).

Les commentaires sont fermés.